22 juillet 2019

Les avantages et les défis de la transparence dans l’industrie du vêtement

Ces dernières années, l’importance de la transparence dans l’industrie du vêtement et de la mode n’a cessé de croître, pour de bonnes raisons. Les vêtements ne définissent pas seulement notre garde-robe; ils façonnent les paysages environnementaux, économiques et sociaux des pays qui les fabriquent.

En raison de ces répercussions sérieuses, la population réclame de plus en plus de renseignements sur les processus liés à la confection de nos vêtements, et sur les travailleurs concernés. En réponse à la pression grandissante provenant des consommateurs, les marques et les organisations font des efforts réfléchis pour déterminer comment améliorer la transparence dans l’ensemble de l’industrie.

Au cours d’un webinaire récent présenté par Sourcing Journal, Garry Bell, vice-président, communications et marketing d’entreprise chez Gildan, Natalie Grillon, directrice de projet chez Open Apparel Registry et Melissa Bastos, directrice des études de marché à Cotton Incorporated ont discuté des avantages à assurer la transparence de l’exploitation d’une chaîne d’approvisionnement, et ont cerné certains des défis qui freinent le secteur.

Edward Hertzman, président de Sourcing Journal, a animé la conversation et a donné aux auditeurs un premier aperçu du rapport sur la transparence de 2019 qui révélait que les consommateurs ne sont plus l’unique catalyseur du mouvement visant la transparence. Le rapport montre que les autres facteurs de motivation comprennent l’amélioration de la rentabilité, des avantages environnementaux et sociaux et des opportunités pour rehausser l’image des marques.

Voici quatre points à retenir de leur discussion :

Les avantages de la transparence dépassent la responsabilisation :

Il est évident qu’une plus grande transparence renforce la responsabilisation pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, mais Mme Grillon a souligné que les avantages peuvent être plus vastes. Elle a déclaré que la transparence peut encourager la collaboration entre les parties prenantes. En effet, lorsque les marques donnent accès aux données et aux renseignements sur leurs fournisseurs, elles peuvent adopter un esprit collaboratif et commencer à penser à de meilleures façons de faire des affaires ensemble, au-delà des certifications et des exigences.

La réalité du consommateur :

Les données du rapport sur la transparence de 2019 et les commentaires des intervenants démontrent qu’il existe un fossé entre ce que les clients déclarent vouloir savoir sur leurs produits et leurs comportements d’achat. Il est vrai, comme l’a dit M. Bell, que « si les acheteurs affirment vouloir en savoir plus sur leurs produits selon leurs aspirations, les données prouvent qu’au moment de l’achat, le prix et la disponibilité sont des moteurs plus importants que la durabilité ». Même si une vision claire au sujet de la transparence aide à gagner la confiance du consommateur à long terme, les résultats à court terme indiquent que cela n’a pas d’incidence concrète sur les décisions d’achats.

Une chaîne d’approvisionnement obscure :

Selon les intervenants, l’un des plus grands défis est que les clients, comme les marques, ont du mal à comprendre la nature compliquée des chaînes d’approvisionnement du secteur du vêtement. En raison de la complexité des processus et des systèmes, particulièrement ceux qui ne sont pas intégrés verticalement, il est difficile d’établir la traçabilité des produits et de connaître les conditions de leur fabrication. Pourtant, selon M. Bell, l’espoir n’est pas perdu : « Nous voyons de plus en plus de marques affecter des ressources pour gérer ce problème. En tant qu’entreprises, il est de notre devoir d’éduquer nos clients et de les sensibiliser. Un auditoire mieux informé et plus éduqué permettra une consommation de vêtements plus consciencieuse dans l’ensemble. »

Le futur regorge de possibilités :

Malgré les défis, l’industrie s’accorde sur l’importance de la transparence et le futur s’annonce prometteur. « L’identification par radiofréquence et les chaînes de blocs sont des nouvelles technologies fascinantes qui feront passer le secteur au niveau supérieur », a assuré Mme Bastros. La technologie jouera un rôle essentiel pour combler le fossé entre les fabricants, les grossistes et les détaillants, ce qui permettra une traçabilité plus efficace des différents processus de confection des vêtements. Même si la numérisation de la chaîne d’approvisionnement se développe lentement de manière générale, les entreprises de premier plan commencent à se faire à l’idée de la technologie de la nouvelle génération.

M. Bell a clôturé la discussion sur une note de ralliement : « Quand il s’agit de durabilité, il n’y a pas de ligne d’arrivée, seulement un chemin continu à suivre sur lequel il y a encore beaucoup à faire. »