28 juin 2019

Une passion pour le commerce électronique et l’enseignement: séance de questions et réponses avec Wilko Reinholz, directeur, Commerce électronique

Wilko Reinholz, globe-trotter passionné d’origine allemande, s’est joint à l’équipe de Gildan à la Barbade il y a un peu plus d’un an et demi à titre de directeur, Commerce électronique. Il supervise l’expérience client et l’optimisation du site Web pour les différentes marques de l’entreprise.

Avant de se joindre à Gildan, Wilko était employé d’Adidas à Portland, où il vivait avec sa femme. En mai 2017, il s’est vu offrir la possibilité d’établir la présence de Gildan au sein du secteur du commerce électronique. C’était une proposition qu’il ne pouvait tout simplement pas refuser. Sans la moindre hésitation, sa femme et lui ont fait leurs valises et accepté l’aventure d’un déménagement à la Barbade.

Peu de temps après son arrivée, Wilko a relevé le défi de donner un cours de maîtrise à l’University of West Indies (UWI). « Je venais d’entrer en fonction, et je cherchais un moyen de redonner à la communauté. J’adore enseigner et aider les étudiants à atteindre leur plein potentiel », a-t-il déclaré.

Nous avons rencontré Wilko pour en apprendre davantage au sujet de la passion qu’il nourrit pour l’enseignement et pour son métier.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de t’impliquer auprès de la communauté lors de ton arrivée à la Barbade?

Mes voyages ont grandement influencé la personne que je suis aujourd’hui. En 2011, j’ai eu la chance de visiter le Myanmar. Là-bas, j’ai rencontré un moine qui m’a invité à visiter son école. L’énergie des gens qui m’entouraient alors que je me promenais dans le campus était contagieuse. J’ai rencontré le directeur, les enseignants et les étudiants. J’ai été ébahi par leur hospitalité et leur intérêt pour ma culture et pour moi-même.

Ensuite, les enseignants et le directeur m’ont demandé si j’étais disposé à enseigner, en précisant qu’un point de vue extérieur pourrait être utile aux enfants. J’ai déménagé sur le campus le lendemain, et j’ai enseigné l’anglais et le commerce. Peu de temps après, j’enseignais l’allemand aux orphelins et aux moines en dehors des heures de classe.

Je crois que c’est à ce moment que sont nés mon désir de redonner à la communauté et ma passion pour l’enseignement. Mes voyages m’ont fait réaliser à quel point j’étais privilégié par rapport à d’autres. L’éducation est l’une des pierres angulaires d’une société prospère et égalitaire. J’espère contribuer à uniformiser les règles du jeu en redonnant à la communauté grâce à l’enseignement. Lorsque j’ai raconté mon histoire à Jason DeHaan, chef de l’information chez Gildan, celui-ci m’a aidé à entrer en contact avec l’UWI, en collaboration avec l’équipe des RH. Gildan avait déjà établi un formidable partenariat avec l’établissement, particulièrement dans le cadre de son programme de stage d’été, et les deux parties cherchaient à renforcer leur relation.

J’ai rencontré le doyen et les professeurs principaux des facultés de mathématiques, de physique et d’informatique afin de discuter des implications possibles. Au bout du compte, ils m’ont offert la possibilité de mettre au point un cours complet sur le commerce électronique pour une classe de maîtrise. C’était très excitant.

Comment trouvais-tu un équilibre entre ton emploi à temps plein et ton rôle de chargé de cours?

C’était tout un défi. Mes cours duraient de deux à trois heures, trois fois par semaine. J’étais épuisé. Heureusement, j’ai obtenu le soutien de tout le monde au travail.

La préparation a également joué un rôle important. J’assemblais mon matériel de cours pendant les fins de semaine, et je notais les projets et examens de mes étudiants le soir. Le plus difficile fut de créer un programme de toutes pièces, et de m’assurer que les étudiants faisaient l’acquisition de connaissances théoriques et pratiques. Sans une préparation adéquate, les cours ne se seraient pas aussi bien passés.

Mais, même si cela n’a pas été facile, je me sentais comblé! Mes étudiants étaient passionnés par la matière et disposés à apprendre, ce qui m’a servi de motivation pendant mes longues heures de travail.

Quel est le moment dont tu tires la plus grande fierté comme chargé de cours?

Une étudiante a particulièrement attiré mon attention. Elle était originaire d’une tribu autochtone de la Dominique, et elle n’avait pas pu participer au cours avant le milieu du semestre en raison de problèmes de déplacement.

Lorsqu’elle a finalement pu se joindre au cours, elle avait accumulé beaucoup de retard. J’avais peur qu’elle manque de temps pour terminer son projet, mais sa présentation n’avait finalement rien à envier à celle des autres étudiants. Malgré un départ tardif, j’étais fier de ses efforts.

Elle a même rencontré des problèmes techniques pendant sa présentation. Mais, elle a su garder son calme et aborder la situation avec humour. Elle s’est montrée très courageuse. C’était émouvant.

Je suis également fier de la progression de tous mes étudiants. Voir leurs projets finaux prendre forme a été une expérience très enrichissante.

D’où vient ta passion pour le commerce électronique?

En matière de commerce électronique, pratiquement tout ce que vous faites peut-être justifié à l’aide des données. Ainsi, vous pouvez éliminer les opinions subjectives. Cela rend le travail beaucoup plus efficace, puisque toutes les discussions s’appuient sur des données factuelles.

C’est aussi un secteur très dynamique. Avec l’avènement de l’IA, de la recherche vocale, de l’automatisation et j’en passe, le domaine évolue à un rythme incroyable, ce qui rend les choses très intéressantes. J’ai toujours de nouveaux défis à relever ou quelque chose de nouveau à apprendre, ce qui me force à demeurer vigilant.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui songe à faire carrière dans le secteur du commerce électronique?

 À notre époque, nous disposons de connaissances à portée de main. Donc, ne vous inquiétez pas si vous ne possédez pas les compétences nécessaires dès le départ.

Selon moi, une personne souhaitant faire carrière dans ce secteur doit posséder deux aptitudes, à commencer par la capacité et la volonté d’apprendre. Le secteur du commerce électronique est en constante évolution et façonné par l’essor des nouvelles technologies. Vous devrez donc continuer d’acquérir de nouvelles connaissances tout au long de votre carrière.

Deuxièmement, il faut aimer résoudre les problèmes. Vous devez être capable d’aborder un défi en vous posant les bonnes questions pour trouver les solutions appropriées (p. ex. pourquoi faire ça, comment améliorer les choses).

Le cours a remporté un tel succès que l’UWI occidentales a invité Wilko à poursuivre son enseignement l’automne prochain, et lui a demandé de créer et de donner d’autres cours.